A la naissance, les neurones sont plus gros suite à l’Activation Immunitaire Maternelle

Amandine Fernandez, Camille Dumon, Damien Guimond, Roman Tyzio, Paolo Bonifazi, Natalia Lozovaya, Nail Burnashev, Diana C Ferrari, Yehezkel Ben-Ari; The GABA Developmental Shift Is Abolished by Maternal Immune Activation Already at Birth, Cerebral Cortex, novembre 2018

Article en ligne

L’activation immunitaire maternelle (MIA pour Maternal Immune Infection) est due à une infection intra-utérine qui perturbe le système immunitaire, ce qui entraîne la libération de diverses molécules inflammatoires ayant un impact sur le développement cérébral. La MIA est associée à des troubles neurodéveloppementaux et notamment des troubles du spectre autistique (TSA) chez la descendance des modèles humains et animaux. Des études approfondies suggèrent que l’infection conduit à des séquelles délétères à long terme et des études récentes suggèrent qu’elle est associée à des malformations corticales. Cependant, on ignore si les stades précoces du développement, notamment l’accouchement et le processus de naissance, sont touchés. Lors d’études antérieures, nous avions montré que les TSA étaient associés à une suppression du shift neuroprotecteur excitateur/inhibiteur du GABA induit par l’ocytocine, qui conduit à des actions excitatrices du GABA persistantes chez l’adulte jeune. D’une manière ou d’une autre, la polarité du GABA à la naissance joue un rôle déterminant dans les suites délétères à long terme des agressions intra-utérines. Nous rapportons maintenant que des altérations similaires se produisent à la naissance chez les souris enceintes traitées par MIA: la progéniture a déjà des déficiences à la naissance. Le shift excitateur/inhibiteur du GABA induit par l’ocytocine qui se produit à la naissance est atténué, ce qui suggère que la MIA a un impact sur le processus de la naissance. À notre connaissance, il s’agit de la première démonstration de l’impact de la MIA sur l’accouchement, soulignant la nécessité de mieux étudier les mécanismes qui fonctionnent à la naissance et la façon dont ils sont touchés par les agressions intra-utérines. Fait intéressant, les neurones sont également plus arborisés à la naissance après une MIA, ce qui suggère que le processus de croissance neuronale est affecté pendant le travail et la naissance et que les neurones continuent à se développer pendant ces deux événements. Il existe un certain nombre de suspects probables, notamment le BDNF, qui est activé par le GABA excitateur et l’élévation du calcium et dont la concentration augmente chez les enfants atteints de TSA. Cette étude appelle à une meilleure détermination des conditions dans lesquelles se produisent le travail et l’accouchement après une agression intra-utérine. Cela a également des implications sur les liens possibles entre les agressions qui conduiront à un TSA et d’autres troubles du développement et l’accouchement prématuré; il est clair que ces types d’études jouent un rôle central dans les domaines d’intérêt général de la santé publique, compte tenu de l’incidence accrue des accouchements prématurés et des TSA.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s