Réponse d’un neuroscientifique à Gérard Pommier

Gérard Pommier a récemment donné une interview dans Le Point.
Les interventions de M. Pommier mélangent des sujets et domaines qui n’ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres. Je n’ai aucune compétence particulière dans le domaine de l’éducation et n’ai pas, par conséquence, d’opinion professionnelle sur les projets du Ministre et de mon collègue Stanislas Dehaene sur la réforme de l’éducation. Par contre, les élucubrations de M. Pommier sur les neurosciences et leur inutilité appellent de ma part quelques remarques.  Je suis de ceux qui pensent contrairement à la mode dominante que le tout génétique est une voie sans issue car ne tenant pas compte de l’importance cardinale du milieu et de l’environnement que d’ailleurs les neuroscientifiques sérieux n’arrêtent pas de souligner malgré les pressions pour tout « génétiser ». On ne peut par conséquent pas me mettre dans le wagon des génétomaniaques. Mes travaux par exemple ont clairement démontré que les mutations génétiques in utéro perturbent la construction du cerveau et ce sont finalement ces altérations et non la mutation qui sont la cause de la maladie et la cible potentielle de nouveaux traitements. Ce concept de Neuroarchéologie est fondamental et à déjà permis de développer une approche nouvelle pour traiter l’autisme, actuellement en phase 3 d’essai clinique avec une mise sur le marché d’un premier traitement de ce syndrome prévue en 2021. Au delà de cette approche clinique qui infirme les dires de M. Pommier sur notre intérêt restreint aux animaux, reste le problème fondamental du dualisme simpliste de cette approche de type psychanalyste qui ne permet pas de comprendre le substrat anatomique et biologique de la maladie et reproduit le débat dépassé sur un dualisme corps/esprit. Il faut de tout pour comprendre, de la psycho et de la recherche fondamentale, sans laquelle on reste cantonné à des déclarations théoriques sans aucune base sérieuse.

2 réponses à “Réponse d’un neuroscientifique à Gérard Pommier

  1. J espère que d’autres scientifiques répondront pour inciter l’ensemble de notre société a s’appuyer sur une connaissance plus rationnelle que nos vieilles théories psychanalytiques pour évoluer et modifier ses comportements.

    J'aime

  2. bonjour Monsieur BEN ARI
    je suis une personne qui suit de très près l’évolution de votre projet pour la production du médicament qui va atténuer les symptômes de l’autisme .Il y a une expérience que j’ai vécu avec mon fils autiste quant que je l’ai fait admettre à l’hôpital pour faire une IRM et où on lui a administré du valium afin qu’il ne puisse pas bougé.Ma grande surprise fut que le vallium a fait l’effet contraire.C’est là où j’étais convaincu que le taux de chlore joue un rôle déterminant dans le comportement d’un enfant autiste.Je vous encourage à aller de l’avant

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s