La vision pseudo-scientifique de l’évolution revue par les apôtres de l’Intelligence Artificielle

L’intelligence artificielle est à la mode, on la pare de toutes les vertus et les vices/dangers. A entendre certains, ça y est, le bonheur est pour demain avec immortalité à l’appui et un espèce de greffon entre être humain et machine/robot vivant dans le jardin d’Eden. La lecture de ces « thèses » et défenseurs illustre parfaitement comment la science fiction devient science sans avoir besoin d’expérimentation et de rigueur scientifique, le grand n’importe quoi suffit. Passons sur les promesses d’immortalité qui n’ont ni queue ni tête et pas le quart d’un début de démonstration et qu’une analyse épidémiologique récente met en péril en montrant que la croissance continue de l’espérance de vie semble ralentir. Le livre de J-G Ganascia est un heureux événement montrant que tout le monde n’est pas ébloui par des divagations médiatiques et administrant une douche froide à ces pseudo-scientifiques.

En effet, un des papes de cette nouvelle science -R Kurzweil- se prend pour un expert en évolution. Il propose ni moins que l’évolution est un processus linéaire et continu sans interruption obéissant à une loi qui doit aboutir de façon exponentielle à cet homme/machine immortel. On a comme dans un (mauvais) texte de Prévert, successivement : vie, eucaryotes, organismes multicellulaires, explosion cambrienne, mammifères, primates, hominidés, agriculture, cité, états, inventions, révolution industrielle, ordinateurs, ordinateurs personnels devant aboutir au jardin d’Eden peuplé par ces hommes machines. Notre brave aventurier ignore les données classiques des paléontologues qui recensent 5 ou 6 extinctions massives qui ne se rangent pas dans une fonction exponentielle : les 6 extinctions de masse correspondent a 445×106, 370×106, 250×106, 200×106, 66×106,13×103, même un élève de 6ème constatera que ça ne colle pas avec une fonction exponentielle ! Ignorer les facteurs extrinsèques qui sont à l’origine de ces phénomènes massifs comme d’ailleurs ceux qui rythment notre espérance de vie avec les guerres, les famines, le réchauffement climatique qui risque de changer les perspectives de vie sur notre bonne vieille terre est déconcertant. Le parallélisme avec les religions monothéistes et leur crédo en un monde meilleur souligné par Ganascia est frappant. Le 21ème siècle sera religieux ou ne sera pas, disait Malraux. L’Intelligence Artificielle et ses pseudo-scientifiques qui lui servent d’apôtres est une version moderne des religions monothéistes mais avec un vernis scientifique et moderne qui pose un grave problème aux scientifiques, ceux qui croient encore à des données, des analyses et l’universalité de la science et du progrès.

J-B Ganascia, le mythe de la singularité (Seuil)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s